Centranthus ruber

Douceur commune

Centranthus ruber

Description

Buisson vivace, de 30 à 70 cm de haut, ligneux à la base, glabre, glauque et audacieux, à tiges dressées ou ascendantes et ramifiées qui émergent d'un rhizome souterrain très développé.
Les feuilles sont opposées, entières ou les caulinaires parfois légèrement dentées, ovales-lancéolées, les plus grandes 2 à 3 fois plus longues que larges, lisses et pointues à l'apex, de couleur vert bleuâtre, les supérieures sont sessiles et généralement amplexicauli avec une base arrondie, les inférieures brièvement pétiolées ou cunéiformes.
Les fleurs zygomorphes, hermaphrodites, parfumées, mesurant 9 à 10 mm, sont rassemblées en corymbes denses, possèdent une corolle gamopétale de couleur rose plus ou moins intense, rouge-violet et parfois blanche, formée d'un tube conique à rabat divisé en 5 lobes inégaux, munis à la base d'un éperon linéaire 2 à 3 fois plus long que l'ovaire inférieur ; étamines à filament glabre, parfois anthères rose foncé, jaunâtres ou roses ; style saillant, stigmate trilobé
Le fruit est un akène surmonté d'un aigrette plumeuse et persistante.

Forme organique

Ch suffr - Chaméphytes suffruticeux. Plantes à tiges ligneuses uniquement à la base, généralement de petite taille.

Période de floraison

Mai - Août

Étymologie

Le nom du genre dérive du grec kéntron = éperon et anthos = fleur en raison de sa corolle éperonnée, le nom de l'espèce ruber = rouge est inspiré de sa couleur.

Environnement et Distribution

Vieux murs, falaises, terrains rocheux calcaires, bords de chemins depuis la plaine jusqu'à 1300 m.

Distribution mondiale

Sténo-Médit. - Entité méditerranéenne au sens strict (avec une zone limitée aux côtes méditerranéennes : zone Olivo)

Carte de répartition

Propriétés et utilisations

Espèces comestibles officinales

grâce à ses principes actifs tels que les tanins, les résines, les huiles essentielles et les alcaloïdes, ses racines ont des propriétés sédatives, antispasmodiques et antinévralgiques et ont été utilisées dans le passé comme substitut de la valériane. Ses graines semblent avoir été utilisées autrefois pour obtenir des potions adaptées à l'embaumement.
Cultivées pour l’ornementation, ses feuilles peuvent parfois aussi être consommées en salade, malgré son parfum fort et désagréable.

Notes et curiosités

Les croyances populaires attribuaient des pouvoirs magiques à cette plante, ses racines séchées et pulvérisées, conservées dans des sachets, servaient à protéger la maison de la foudre et ses feuilles servaient à calmer les esprits des querelles amoureuses et à réconcilier les amoureux.
Attention : Les applications pharmaceutiques et les utilisations alimentaires sont indiquées à titre informatif uniquement, nous déclinons donc toute responsabilité quant à leur utilisation à des fins cicatrisantes, esthétiques ou alimentaires.

Sources principales: infoflore Et actaplantarum

fr_FR